Langue

Dans le cadre de sa campagne pour l’élection présidentielle, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Philippe Poutou, sera en meeting ce samedi 12 février à Perpignan. Le représentant de l’ultra-gauche choisit une salle modeste, celle du cinéma Castillet, en centre-ville, pour accueillir les adhérents et sympathisants de la formation, à 17h. Ce rendez-vous sur le thème « urgence capitaliste et révolutionnaire », avec entrée libre, doit permettre à l’ancien ouvrier de l’usine Ford de Blanquefort, dans le département de la Gironde, de dérouler ses arguments, dont un revenu minimum de 1800 euros nets par mois pour chaque citoyen français.

Contre Macron, contre l’extrême droite

Issu du trotskisme, ex-militant CGT et ex-membre de Lutte Ouvrière (LO), Philippe Poutou incarne une gauche qui se veut chimiquement pure, différente du Parti Communiste Français (PCF) et de la France Insoumise (LFI). Le NPA défend une “gauche de combat” et dénonce vigoureusement la gauche de gouvernement, mais aussi la gauche protestataire représentée par Jean-Luc Mélenchon, qui, “s’il ne participe plus depuis 20 ans à la gestion du système, ne propose pas d’en finir avec le capitalisme”, souligne l’ex-Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR). Radical, jamais en quête de coalitions de gouvernance dans les collectivités locales, le NPA condamne les “politiques racistes” et le “démantèlement de l’hôpital public” dont il rend responsables le gouvernement actuel et les précédents. Philippe Poutou défend l’ambition de réunir toute la gauche, en marge de l’élection, pour “faire barrage dans la rue à Macron et à l’extrême droite”.

Des résultats divisés par quatre depuis 2022

Sur les quatre dernières élections présidentielles, les candidatures de LCR (devenue NPA en 2007) affichent des résultats en baisse. La candidature d‘Olivier Besancenot a suscité 4,25% des suffrages exprimés en 2002 en France (4,26% en Pays Catalan), puis 4,08% et 4,23% en 2007. La succession assurée par Philippe Poutou, et le changement de nom, n’ont pas profité aux communistes alternatifs, qui n’ont plus attiré que 1,15% des voix en France lors de la présidentielle de 2012 (1,24 dans les Pyrénées-Orientales) puis 1,09% et 1,04% en 2017.

Plus de nouvelles
Christian Jacob, président des Républicains © LR

Christian Jacob, président des Républicains, en campagne à Canet

Nouvelles: Christian Jacob, président des Républicains, en campagne à Canet
Partager
Le leader de la droite conventionnelle anime la campagne Pécresse
Nouvelles: Christian Jacob, président des Républicains, en campagne à Canet - Mobile
Agression de Romain Grau, 22 janvier 2022, Perpignan / DR

Les opposants de Romain Grau sont solidaires, suite à son agression

Nouvelles: Les opposants de Romain Grau sont solidaires, suite à son agression
Partager
Aliot, Malherbe et les communistes défendent le député
Nouvelles: Les opposants de Romain Grau sont solidaires, suite à son agression - Mobile
© Mairie de Perpignan

Perpignan. Aliot face à la première grève de son mandat

Nouvelles: Perpignan. Aliot face à la première grève de son mandat
Partager
La brigade de police de nuit est en arrêt volontaire de travail
Nouvelles: Perpignan. Aliot face à la première grève de son mandat - Mobile

Partager

Icona de pantalla completa