Langue

Les récents chiffres de la démographie des Pyrénées-Orientales communiqués le 29 décembre 2021 par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) soulignent une augmentation du nombre d’habitants. Globalement, le territoire présente une population de 479 979 habitants au 1er janvier 2022, soit une hausse de 0,6% depuis 2013. Cette progression est-elle un progrès ? La question est soulevée par le mouvement citoyen et politique Agissons. Celui-ci égratigne doucement la presse qui s’empare des chiffres actualisés pour leurs adosser une nécessaire notion d’attractivité. “Certains médias locaux se gargarisent de la croissance ou de l’attractivité démographique du Pays Catalan, la réalité est tout autre”, analyse la formation présidée par Pierre Rossignol, élu d’opposition à Saint-Cyprien.

Lire aussi :
56 profs pour 1000 enfants : le Pays Catalan ne déborde pas d’enseignants

La hausse “profite uniquement aux promoteurs”

Agissons s’interroge sur l’augmentation des besoins généraux liés à l’augmentation du nombre d’habitants : la consommation en eau, la construction d’infrastructures variées, mais surtout l’urbanisation galopante sont sur la sellette. La hausse démographique “profite uniquement aux promoteurs, en faisant de nos villages, autrefois vivants, des cités dortoirs, sans âme”, affirme le mouvement, avant d’affirmer que le “développement démographique incontrôlé” induit de “lourdes conséquences, comme la disparition de nos terres agricoles et la bétonisation des sols”. L’étalement des lotissements constitue un “risque important” car “180.000 de nos citoyens vivent désormais sur des zones inondables”, estime Agissons, qui évite d’aborder le sujet des grandes surfaces, et avoue : “nous nous inquiétons de cette situation”.

Lire aussi :
Contre le béton, 5 associations saisissent le maire d’Argelès
Le Pays Catalan a 480 000 habitants au 1er janvier 2022

Le mouvement, candidat aux élections départementales de 2021, a fait de la défense de la terre l’un de ses fondamentaux. Il regrette que la croissance démographique du pays Catalan soit le seul fruit de “l’arrivée de nouvelles personnes”, de sorte que le solde naturel est négatif. Ses membres se déclarent “les premiers satisfaits de l’attractivité de notre territoire, qui regorge de nombreux atouts”, tout en prônant l’idée d’un périmètre qui “doit rester cohérent et à taille humaine”.

Lire aussi :
La métropolisation du Roussillon se poursuit au détriment du reste