Langue

Le 18 novembre 2010, trois semaines après la mort de Georges Frêche, le conseil municipal d’Argelès-sur-mer approuvait une délibération portant sur l’attribution du nom du disparu au futur lycée de la ville. Ce jour-là, la commune d’installation du futur établissement, promis pour 2014, validait un texte précisant « Il nous semble qu’il est juste et logique d’exprimer notre reconnaissance et de rendre hommage à Georges Frêche en donnant son nom au futur Lycée ». Cette décision suivait de quelques jours un choix semblable, exprimé par le Conseil de la Communauté de Communes Albères-Côte Vermeille. Mais un changement de cap est intervenu ce jeudi, depuis le Languedoc, par l’annonce du nom de baptême d’un nouveau lycée hôtelier à Montpellier. Celui-ci, dont les travaux sont bien engagés, pour une livraison en 2012, portera le nom du défunt maire de la ville, président de l’agglomération locale et de la Région Languedoc-Roussillon. Dans une légitimité certaine, la mémoire de la personnalité politique la plus forte du Midi contemporain sera ainsi célébrée dans son propre périmètres.

Le Pays Catalan, dont la présence dans le corps du Languedoc-Roussillon reste administrative, si situe ainsi en dehors de toute marque personnifiée reliée à Georges Frêche. En revanche, les hommages seront appuyés durablement dans le lycée montpelliérain, car une statue, de grandes dimensions, représentant l’ancien président de Région, y sera érigée. Cette information, apte à provoquer hébétude ou parfum d’apocryphe, a été délivrée ce jeudi par l’actuel président de la Région Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin, en espoir de réhabilitation auprès du Parti Socialiste. La statuaire du XXe siècle ayant été composée en l’honneur de héros quasi-invariablement liés aux guerres, parfois sous des régimes contestables, cette initiative, qui a le mérite d’esquiver le Roussillon, peut inquiéter à Montpellier. D’autant que M. Frêche déclarait, 50 jours avant son décès, « Si quand je serai mort, il y a des gens qui veulent faire une statue, je n’ai qu’un vœu, être à cheval ».

Partager

Icona de pantalla completa