Langue
La Clau
Le maire de Prades J. Castex gagne 200 000 euros d’argent public par an
Langue

Vendredi 3 avril, La Clau évoquait le singulier cumul de fonctions, rattachées à autant d’émoluments, afférant au maire de Prades, Jean Castex, réélu dès le premier tour des élections municipales, le 15 mars dernier, avec 75% des voix. Méconnu en Pays Catalan, familier de l’Etat profond, le haut fonctionnaire, ancien magistrat à la Cour des comptes, président de la Communauté de Communes du Conflent, Conseiller général des Pyrénées-Orientales, pressenti en 2018 pour remplacer Gérard Collomb au ministère de l’Intérieur, envisagé en 2019 comme président de la SNCF, est assurément un ami des gouvernements. Son rôle à la tête de l’Agence nationale du sport depuis l’année dernière suite à sa nomination comme délégué interministériel aux Jeux Olympiques de Paris 2014 illustrent une fonction supplémentaire ajoutée à une autre.

Le business de l’empilement de fonctions

Dernièrement mis en lumière auprès du grand public en tant que chargé du déconfinement en France, Jean Castex, membre des Républicains, affiche une spectaculaire addition de responsabilités strictement issues de la force publique. Il perçoit 200 000 euros d’argent public par an, selon un calcul révélé ce 7 avril par la publication l’Obs, sur la foi de sa déclaration d’intérêts du 14 janvier dernier. Ce document stipulant ses rémunérations au cours des cinq dernières années révèle un authentique business. Cette réalité insérée dans le strict cadre légal, sous le contrôle de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique, est une exception dans les Pyrénées-Orientales, deuxième département le plus pauvre de France.

Partager