Langue

Commercialement boosté par les fêtes pascales qui approchent, ainsi qu’à Noël, le fameux petit ourson de guimauve associé à la chocolaterie Cemoi de Perpignan célèbre cette année ses 60 ans d’existence. Cette friandise vendue à l’unité ou conditionnée en plusieurs exemplaires, mainte fois imitée mais jamais égalée, est un élément culturel connu de 70° % des citoyens français, selon un sondage spécifique commandé par son fabricant. Parmi cinq recettes, les formules avec Chocolat au lait, chocolat noir et chocolat blanc constituent les gamme la plus répandue de ce best-seller qui n’est pas fabriqué dans les Pyrénées-Orientales.

La friandise de guimauve devient bio pour ses 60 ans

L’ourson de Cemoi représente l’enfance pour 83 % des personnes sondées, tout en s’assurant une évolution à travers le temps, sans être démodé. Sa nouvelle étape s’inscrit dans la défense de l’environnement et des bonnes pratiques socio-professionnelles : il est désormais produit en version biologique, selon la demande exprimée par 90 % d’un panel de jeunes consommateurs consulté. Cette production vertueuse, à base de chocolat au lait, est effectuée à partir de fèves de cacao bio, cultivées en République dominicaine. Cet élément essentiel est obtenu en total respect des règles sanitaires en vigueur dans l’Union européenne et en parfait respect des conditions de travail et de rémunération des cultivateurs. Cemoi s’attache d’ailleurs à développer une image responsable, en s’engageant notamment à réduire de 5%, d’ici 2025, les émissions de CO2 liées aux transports de ses matières premières et de ses produits. Dans le domaine de la transformation, le programme “transparence cacao” de l’entreprise tient lieu de cahier des charges.

5000 tonnes produites en 2022

La société Bouquet d’Or, basée à Villeneuve-D’Asq, dans le département du Nord, est à l’origine de l’ourson tant aimé, fabriqué depuis 1962. Ce site de production a profité d’un investissement de 3 millions d’euros en 2012 pour recevoir une nouvelle ligne de fabrication dédiée. Le petit animal adoré des enfants  avait été racheté en 2003 par Cemoi, dans le cadre du déploiement de l’entreprise perpignanaise, dont le nom a été transformé en 1981 par l’adoption de l’ancienne chocolaterie grenobloise Cémoi. Cette évolution a succédé aux noms  “Cantaloup-Catala” (1887-1962) et “Cantalou” (1962-1981). Cette année 2022, la production de l’ourson guimauve s’élèvera à 5 000 tonnes et assurera 40 millions d’euros de chiffre d’affaires. Sa consommation, en progression constante, atteindra 395 millions d’unités, une performance gigantesque qui démontre l’avenir radieux de cette friandise de 6 X 2 cm, pour un poids rigoureusement fixé à 12,7 grammes.

Plus de nouvelles

Partager