Langue
La Clau
Perpignan : les Beaux-Arts sont un ­«symbole de la République» selon le député J. Cresta
Langue

L’avenir de la Haute Ecole d’Art de Perpignan, promise à la fermeture faute d’effectifs d’étudiants suffisants, interpelle le député socialiste Jacques Cresta. Le candidat aux élections municipales de 2014 a visité les lieux mercredi 29 avril «à l’invitation de certains professeurs et d’étudiants», détaille un communiqué. Ces derniers mois, le parlementaire agit auprès du ministère de l’Enseignement supérieur pour tenter de pérenniser cet établissement historique, fondé en 1817. Il rappelle que l’Agence Régionale de l’Enseignement Supérieur soutient l’école, «reconnue nationalement et internationalement pour la qualité de son enseignement». Le député évoque une «décision individuelle et autoritaire de l’adjoint à la Culture de Perpignan» comme menace pesant sur les Beaux-Arts de la ville, organisés en Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC). Selon lui, l’école constitue un «symbole de la République», car elle est «directement issue du siècle des Lumières». A ce titre, il estime que la mairie de Perpignan porte une «nouvelle atteinte à la culture».

Partager

Icona de pantalla completa