Langue

Un jeu commercial lancé à Perpignan sur la thématique du rugby, aurait pu nuire à l’USAP. En effet, deux T-shirt aux slogans sexuels, « Suck me I play rugby » (« Suce-moi, je joue au rugby ») et «Crouch, Youch, Pause, Engage», reprenant les mots des arbitres lors des mêlées, traduisibles en «flexion, touchez, stop, entrez», illustrés par une silhouette féminine penchée dans quatre positions différentes, créent des tensions éthiques. Les boutiques USAP ont retiré ces deux vêtements de leurs stocks, en mai, puis la conseillère générale socialiste de Perpignan Ségolène Neuville s’est offusquée de ces produits, la semaine dernière. Devenus collectors, ces t-shirts à succès, créés par la marque perpignanaise Soixante-Six, auraient pu freiner le soutien du Conseil Général des Pyrénées-Orientales à l’USAP, à hauteur de 2 millions d’euros pour les trois prochaines saisons. Ces vêtements, qui restent en vente dans plusieurs commerces du Pays Catalan et sur Internet, ont bénéficié d’une large publicité de joueurs du club, tandis que son troisième ligne Damien Chouly et son arrière Jérôme Porical rachetaient la ligne de vêtements « Soixante-sex », déclinaison de « Soixante-six ». Prudent, le président du club, Paul Goze, a exigé à ses joueurs de ne plus poser vêtus de ces t-shirts, en définitive dangereux pour les finances de l’USAP.

Partager