Langue

La dernière étude de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) concernant la pyramide des âges en Pays Catalan contient une affirmation osée. En effet, les centenaires sont « sur-représentés » dans les Pyrénées-Orientales, tout comme dans le département voisin de l’Aude, selon l’institut, qui dénombre quelque 170 personnes dépassant le siècle sur le territoire. Le nombre de centenaires, en progression constante en Languedoc-Roussillon, dépasse actuellement le nombre de 700, avec une augmentation de 33% entre 1999 et 2007, contre 11,5% pour l’ensemble du territoire français. Ces personnes d’âge très avancé, qui sont des femmes à hauteur 83%, garnissent régulièrement les chroniques urbaines et villageoises de la presse régionale, dès lors que leur âge passe à trois chiffres.

Mais d’après l’INSEE, cette caractéristique ne proviendrait pas de conditions de vie singulières offertes par les secteurs du Roussillon, du Vallespir ou du Conflent, mais de l’aattrait de population extérieures âgées, très majoritairement françaises. Les statisticiens, selon lesquels l’augmentation régulière de l’espérance de vie « permet d’augurer une poursuite de la croissance du nombre de centenaires au cours des prochaines décennies », laissent entendre pour 2020 ou 2030 l’émergence d’une société non seulement vieillissante, mais encore très vieillissante. Encore considérés comme des exceptions, les centenaires devraient parvenir à atteindre l’indifférence à leur égard. Pour l’heure, une majorité des communes parmi les 226 que comptent les Pyrénées-Orientales a « son » ou « ses » centenaires. Début avril, l’hommage rendu par le maire UMP de Prades, Jean Castex, à la nouvelle centenaire de la ville, Jeanne Feret, consacrait ce phénomène, et faisait l’objet d’une petit fête.