Langue
Les 60 ans de la cause harki seront commémorés le 19 mars 2022 au Camp de Rivesaltes
Langue

La Confédération des Français Musulmans Rapatriés d’Algérie et leurs Amis se rassemblera le 19 mars 2022 face au mémorial dédié aux harkis, en bordure du Camp d’internement de Rivesaltes, à Salses. Cette mobilisation, de 10h à 16h, vise à “alerter les politiques sur une loi de réparation qui devrait être à la hauteur de nos souffrances”, souligne Hocine Louanchi, président de la Confédération, ancien du camp de Rivesaltes.

Lire aussi :
Colère chez les Pieds-Noirs et les Harkis du Roussillon

La date du 19 mars 1962 reste cruciale pour les harkis, car elle est celle du cessez-le-feu, consécutif aux accords d’Évian, qui ont mis fin à la guerre d’Algérie mais n’ont pas empêché le massacre, par le Front de libération nationale (FLN), des musulmans qui avaient fait le choix de la France. Ces exécutions ont visé autour de 70 000 personnes, qui avaient été recrutées massivement par l’Etat français depuis 1954 et ont été considérées comme des traîtres par leurs compatriotes. Pour les harkis et leurs descendants, l’abandon français reste une profonde blessure : par ordonnance du 21 juillet 1962, ils ont même perdu leur nationalité française, avant de la retrouver, pour la plupart.

Lire aussi :
Les Harkis veulent alerter Hollande depuis Rivesaltes

Macron promet une réparation historique

La journée du 19 mars 2022 est ainsi vouée à “soutenir une cause juste” à proximité d’un “haut lieu de notre internement, pour le seul crime commis, le choix du drapeau bleu, blanc, rouge”, nous signale H. Louanchi. Une première réparation a cependant effectuée par le Président de la République, sous forme de pardon historique, le 20 septembre dernier. Le chef de l’Etat a présenté ses excuses aux harkis, au nom de la France, et annoncé un projet de loi de “reconnaissance et de réparation” à l’égard de ces Algériens auxquels la France a “lâché la main” et “tourné le dos”, selon Emmanuel Macron.