Langue

Le chef de file de la cuisine moléculaire, Ferran Adrià, engagé dans le développement d’un centre de ressources consacré à la cuisine occidentale, intitulé « Bullipédia », a surpris le public lors d’une conférence donnée le 25 mars. Invité par la structure Barcelona Arts on Stage, (BARTS), l’ancien chef du restaurant El Bulli, de Roses, a affirmé que « Google peut être amélioré ». Cette intrusion dans le domaine numérique a visé l’adaptation du plus grand moteur de recherches du monde aux souhaits des professionnels, car « il faut bien comprendre pour bien créer », selon Ferran Adrià, dont le Bullipédia, encore à l’état de projet, pour un lancement en 2016, n’aurait pas de sens sans Internet. Cette encyclopédie internationale, vouée à lister et agencer de manière exhaustive un ensemble des données culinaires actuellement épars, doit permettre de quitter le « chaos » actuel, selon le chef.

Favoriser les talents avec Internet

Ferran Adrià, qui n’a découvert l’univers culinaire qu’en 1980, à l’âge de 28 ans, illustre la possibilité de maîtriser son art sans posséder les bases académiques. Intervenant régulier de l’Université de Barcelone, Il revendique un Internet au service des talents, indépendamment des cursus de formation préliminaires et des origines sociales. Cette prise de position, favorisant un nouveau partage de connaissances, structure justement sa nouvelle initiative internationale. Sur un mode participatif direct, la conférence barcelonaise, en présence de 600 personnes, a permis au public de questionner le conférencier via le réseau Twitter.

Partager