Langue
La Clau
Elne, Collioure, Fourques éteignent la lumière la nuit : les étoiles sont revenues
Langue

L’actuel deuxième confinement lié à la crise sanitaire issue du Covid-19 est l’occasion d’une extinction des éclairages publics dans plusieurs communes, dont Collioure, Elne, Amélie-les-bains, Arles-sur-Tech, Millas, Vinça, Opoul-Périllos et Saint-Genis-des-fontaines. Les mairies ont souhaité se montrer vertueuses en appuyant sur l’interrupteur général, tous les soirs à 22h, avant de rallumer la lumière à 5h du matin. Cette disposition existe déjà à Fourques, où les lampadaires sont également mis hors tension au coeur de la nuit, depuis plusieurs années.

Ces initiatives ont un caractère environnemental car elles induisent des économies énergétiques et financières, la réduction de l’éclairage public abaissant la facture de 25 à 75 %, selon l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturne (Anpcen). En France, les réverbères représentent un quart de la consommation énergétique globale et constituent le second poste de dépense des collectivités. En matière d’équilibre naturelle, l’obscurité avantage 30 % à 65 % des vertébrés, qui vivent la nuit et ont besoin de l’absence de lumière pour se nourrir et se reproduire.

Les étoiles sont revenues

Ces mesures fournissent aussi l’opportunité de redécouvrir la voûte céleste, trop souvent masquée par l’abondance artificielle des lumens en période nocturne. La disparition de la pollution lumineuse est aussi un motif éducatif de premier ordre et gratuit. Au niveau mondial, 83 % de la population n’a jamais de nuit totalement noire et se trouve dans l’incapacité de vraiment observer les étoiles. L’extinction des feux est cependant réprouvée par 63%, des habitants selon un sondage réalisé en octobre 2019 par le quotidien La République des Pyrénées, penchée sur la situation spécifique de la commune béarnaise de Billère. L’argument principal de cette réprobation est la crainte d’insécurité.

Partager