Langue
Disparues de Perpignan: mystère du sous-sol de l’appartement Bénitez
Langue

L’affaire Bénitez, qui a émaillé l’actualité du Pays Catalan depuis l’été 2013, n’avance pas. Le silence des autorités judiciaires prévaut depuis plus d’un an, mais un membre de la famille a soulevé une question en juillet dernier. Eric Barbet, oncle d’Allison Bénitez et frère de Marie-Josée Bénitez, réclamait l’exploration du sous-sol de l’appartement familial, rue Jean Richepin, dans le quartier du Bas-Vernet de Perpignan. Aucune suite n’ayant été donnée à sa demande, il est revenu à la charge vendredi 9 octobre dans France Dimanche. « Cela fait neuf mois que j’ai demandé à la justice, par l’intermédiaire de mon avocat, que des vérifications soient faites dans le garage de l’appartement que ma sœur occupait en juillet 2013 lors de sa disparition ».

Les enquêteurs peuvent agir

Eric Barbet appuie la certitude selon laquelle les deux corps reposent depuis deux ans dans le lieu pressenti par des éléments tangibles. Lors de l’enquête ont été notés le témoignage d’une odeur nauséabonde dans la salle de bains de l’appartement et l’existence d’une trappe, accessible depuis le garage. Cette piste est à la disposition des autorités judiciaires, mais elle n’a pas été explorée officiellement Faute de corps, cet espace discret pourrait contenir des pièces à conviction, sous forme d’objets ou de traces. «Toute mon énergie est désormais consacrée à cette quête», souligne le parent inquiet, dans l’espoir de pouvoir enfin faire son deuil.