Langue

Le changement de physionomie du col du Perthus a commencé mercredi dans le cadre de l’adaptation définitive des critères définis en 1985 par la Convention de Schengen. Le démontage des cabines policières de l’axe autoroutier A9/AP7, désormais enclenché, est précédé d’une déviation de l’ensemble des véhicules par les chaussées latérales de l’ancien point de contrôle. Mais déjà, les premiers gravats au sol manifestent un changement d’époque, accompli dans trois mois. Cependant, ce chantier historique ne supprimera pas intégralement l’ancien passage frontalier, car la vitesse maximale y sera limitée à 80 km/h ou 90 km/h, selon des sources discordantes. En 35 ans, le Perthus-autoroute aura ainsi observé trois grandes périodes, dont la première, comportant des contrôles permanents de véhicules et des fouilles très fréquentes, a débuté au lendemain du régime de Franco, en 1976. La deuxième période, signalée en 1986 par l’entrée de l’Espagne dans la Communauté Economique Européenne, s’est illustrée par des contrôles aléatoires mais réguliers, lentement estompés depuis l’accord d’adhésion de l’Espagne à la convention de Schengen, en 1991, dans le cadre d’une troisième période, comportant des contrôles, devenus épisodiques ces dernières années.