Langue

L’avenir du Train Jaune, reliant les régions du Conflent et de Cerdagne, interpelle la CGT, qui assure avoir réuni 11.000 signatures pour le maintien, dans le giron public, de ce moyen de transport centenaire. Dans un communiqué en date du 22 mars, la centrale syndicale, intimement liée au Train Jaune au travers de ses cheminots engagés, affirme que la SNCF et Christian Bourquin, président de la Région Languedoc-Roussillon, « préparent en cachette de sortir le Train Jaune de l’activité TER – Train Express Régional –pour le transférer dans une Société d’économie mixte ». Depuis la révélation de ce projet, courant février, le syndicat a entrepris une action de terrain auprès du public, au moyen de tracts et de registres à signer, intitulés « Le Train Jaune, propriété publique, interdit au privé ».

La CGT avertit Christian Bourquin d’une possible « colère »

Le succès de l’action mise en place signale un « vrai engouement de la part de la population », selon la CGT, qui a fait parvenir un courrier au président régional, afin de lui demander audience. Cette missive, restée « lettre morte », critique les « annonces médiatiques » de M. Bourquin, qui auraient « provoqué un trouble et une incompréhension », sur le point de se « transformer en colère ». Déterminé, le syndicat prévoit d’employer la méthode directe, en organisant dans les semaines qui viennent des « débats publics » sur la question.

Partager