Langue

Attendue ce mardi à 15h30 sur le tarmac de l’aéroport de Perpignan, la star des élections régionales en Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, n’est pas venue, mais son lieutenant Christian Bourquin, tête de liste du PS historique dans les Pyrénées-Orientales y a accueilli Jean-Claude Gayssot, ministre communiste des Transports du gouvernement Jospin. Les deux vice-présidents de la région Languedoc-Roussillon ont fait le point sur les travaux de modernisation du pôle aéronautique, pour lesquels l’institution régionale est un contributeur majeur, à hauteur de 1,3 millions d’euros, tout en ayant annoncé, le 21 janvier, une enveloppe de 3,3 millions d’euros octroyée à l’aéroport de Carcassonne, dont elle est propriétaire. Si cette somme a été engagée pour la « mise aux normes » et le « développement » de cette dernière plateforme, prisée des Anglo-Saxons, afin que l’aire languedocienne s’ouvre « plus largement sur l’Europe », le Roussillon obéit à une logique autre. Son aéroport privatisé au 1er janvier 2011, Perpignan échappe désormais au schéma montpelliérain en s’appropriant l’aéroport de Girona-Vilobí d’Onyar, dont les liaisons intercontinentales, dès 2013, devraient surpasser Montpellier pour se rapprocher du niveau des prestations toulousaines.

Partager