Langue

Sur la route des élections régionales des 13 et 20 juin dans le périmètre de l’« Occitanie », l’extrême droite incarnée par le Rassemblement national (RN) ne s’accorde pas sur la tête de liste. Deux candidats convoitent cette place : Julien Sanchez, 37 ans, maire de Beaucaire (Gard), pur produit du FN / RN, et le député européen Jean-Paul Garraud, 64 ans, ex-UMP, RN-compatible, originaire de Martres-Tolosane (Haute-Garonne), la commune qui, de 2008 à 2014, a eu pour maire Carole Delga, la présidente de la région. Celle-ci s’est déclarée candidate à sa propre succession dès septembre 2020.

Ils défendent un remake des projets de Mégret

La candidature de de J.P. Garraud est soutenue par Louis Aliot, maire RN de Perpignan, et secondairement par Robert Ménard, maire sans étiquette de Béziers, ami du RN, qui pourrait cependant concourir au scrutin. Tous deux défendent pour la région la recette qui les a portés au pouvoir : la mise sous le boisseau de l’étiquette du parti et une alliance avec des personnalités de droite classique. Cette “droite hors les murs », selon un concept défendu par R. Ménard, en son temps prônée par Bruno Mégret, ancien délégué général du Front National présidé par Jean-Marie Le Pen, n’est pas éloignée de celle promue par Marion Maréchal. Mais en face, le candidat régional J. Sanchez se déclare également artisan de cette ouverture à “gauche” (de l’extrême droite), car l’un de ses adjoints, vient de l’UMP.

Le PS profiterait d’une droite coupée en 3

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio, paru en janvier, la présidente régionale sortante Carole Delga (Parti Socialiste) arriverait en tête au premier tour avec 25% des voix, devant la liste du RN (16%) conduite par J.P. Garraud, suivie de celle, éventuelle de Robert Ménard, en soutien de la maire de Montauban, Brigitte Barège (14%), puis de La République en Marche associée au Modem (12%), les Républicains et l’UDI (11%), Europe Ecologie Les Verts (10%) et la France Insoumise (8%). Au second tour, le report des voix serait profitable à la sortante, qui avait gagné l’échéance de 2015 à 44,8% lors d’une triangulaire à laquelle avait participé Louis Aliot.

Partager