Langue

La compagnie nationale des chemins de fer espagnols, Renfe, sera privatisée en juillet 2013 et donnera lieu à la création de quatre sociétés distinctes. La marque Renfe conservera sa force de référence, tandis que ses activités relatives aux voyageurs, aux marchandises et à la logistique, à la fabrication, à la maintenance et à la location, feront l’objet de redistributions. Cette décision, confirmée le 20 juillet par un décret royal approuvé par le ministère des Transports, doit libérer l’Etat Espagnol d’une gestion fastidieuse. En effet, les trois entreprises ferroviaires publiques espagnoles, Renfe, Feve et Adif, cette dernière en charge de la construction de la Ligne à Grande Vitesse Barcelone-La Jonquera, accumulent une perte de 447 millions d’euros et une dette de 20,7 milliards. La libéralisation permettra d’amputer le budget public de 2,5 milliards d’euros par an, et de transférer les tracasseries d’un certain manque d’efficacité, notamment de ponctualité des trains, au secteur privé. Selon la ministre Ana Pastor, pour laquelle « il faut rationaliser et améliorer le service », cette mesure concernera les chemins de fer conventionnels et les Lignes à Grande Vitesse, dans une exigence de « pertes zéro » en matière budgétaire. Dans le détail, 52 services de moyenne distance à fréquentation inférieure à 15 % et 176 gares en sous-régime feront les frais de l’austérité. Dans certains cas, des lignes TGV devant accueillir un convoi toutes les 5 minutes, mais n’en recevant qu’un seul par demi-heure, seront réétudiées.

La Catalogne met en avant son propre modèle ferroviaire

En Catalogne, cette évolution libérale est saluée par le ministre-conseiller du Territoire, Lluís Recoder, qui assure que l’ensemble des lignes de train gérées par le gouvernement catalan est rentable. Celles-ci, confiées à l’entreprise publique catalane « Ferrocarrils de la Generalitat de Catalunya », mériterait cependant, selon lui, une aide de l’Etat, afin de renforcer la fréquentation de certaines de ces lignes, dans un critère de développement durable.

Partager

Icona de pantalla completa