Langue

Les derniers chiffres relatifs à l’activité marchande du port de Port-Vendres révèlent une baisse d’activité depuis le début de l’année. Selon les données compilées par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Perpignan (CCI), qui en assure la gestion, le site s’est assuré un trafic de marchandises de 153.897 tonnes du 1er janvier au 31 juillet. Ce niveau est inférieur de 8,26% en regard avec celui que l’on relevait du 1er janvier au 31 juillet 2013. Avec un volume de 13.411 tonnes, juillet 2014 s’est illustré par une baisse d’activité évaluée à 25,77% mais la progression a atteint 9,55% par rapport au mois de juin. L’essentiel de l’activité du port français le plus proche des côtes d’Afrique du Nord repose sur l’importation de fruits et légumes en provenance du Maroc en an Afrique de l’Ouest.

Dilemme entre le port marchand et le port de plaisance

Pour assurer le développement de nouveaux marchés, le Marché International Saint-Charles de Perpignan, hinterland du site, a lancé une stratégie de conquête, en avril dernier. Le port de Port-Vendres, de plus en plus dévolu à la plaisance, pourrait recevoir un troisième quai, dont le plus ardent défenseur était Christian Bourquin. Ce dossier sinueux, engagé en 2006, a été réactivé à l’automne 2013 par le Conseil général des Pyrénées-Orientales. Parallèlement, la mairie de Port-Vendres a engagé en 2010 un Schéma de Développement Touristique Durable, en compensation d’une « traditionnelle activité portuaire (pêche et commerce) aujourd’hui sur le déclin« .

Partager