Langue

Perpignan aura enfin sa grande déviation dès l’ouverture des 2,8 kilomètres supplémentaires de son contournement routier, attendu depuis 30 ans. Ce tronçon de la rocade Ouest relie le secteur de la clinique Saint-Pierre à la nouvelle route de Thuir, dans le secteur du quartier de Mailloles. Il a représenté un investissement de 39 millions d »euros, abondés à raison de 37% par le Conseil départemental des Pyrénées-Orientales, 30% par la Communauté urbaine Perpignan Méditerranée et 30% par la région « Occitanie ». Cette réalisation de grande ampleur doit fluidifier le trafic, renforcer la sécurité et alléger la circulation dans le centre-ville de Perpignan.

La connexion avec la route d’Elne et Argelès reste à faire

Cette route à 2X2 voies contournant Perpignan voies est un véritable serpent de mer, inscrit en 1989 parmi les grands dossiers du territoire. En 2014, nous évoquions son achèvement pour la fin de l’année 2018. En 2013, nous rendions compte de la mise en service du tronçon Nord, long de 2,8 km. Cet ouvrage à retardement caractérise la capitale du Roussillon, dernière de son importance, en France, à ne pas disposer de grande route d’évitement. La dernière portion a été politiquement inaugurée le 10 juillet par Hermeline Malherbe, présidente du Conseil départemental, Jean-Marc Pujol président de la communauté urbaine et Jacques Cresta, en représentation de la région. Promise à accueillir 20 000 véhicules par jour, elle devra cependant être complétée par la réalisation de deux ponts, sur la route nationale 116 et sur la Têt, au niveau de la clinique Saint-Pierre. Ces deux chantiers devraient être livrés en 2020. Mais cet axe de contournement de Perpignan sera réellement finalisé lorsqu’il sera connecté avec la départementale 900, vers Elne et Argelès, par la commune de Villeneuve-de-la-Raho.

Partager