Langue
La Clau
L’aéroport de Girona perd 100.000 passagers en janvier 2011 par rapport à janvier 2010
Langue

Sans surprise suite à l’arrivée de la compagnie Ryanair à l’aéroport de Barcelone-El Prat en septembre 2010, l’aéroport de Girona fait les comptes, et constate un grave recul. Ses derniers chiffres de fréquentation, publiés mardi, font état d’une baisse supérieure à 30%, tandis que el Prat bénéficie d’une poussée de 20%. Alors que la plupart des plateformes aéroportuaires espagnoles semblent faire fi de la crise, en augmentant leurs volumes sur une moyenne de 6% depuis le 1er janvier, Girona tire désormais vraiment la langue. L’autorité aéroportuaire espagnole Aena, seule en mesure de livrer des statistiques officielles, révèle exactement la valeur de 32,5% de passagers en moins en janvier 2011, en comparaison avec le mois de janvier 2010. En chiffres bruts, 189.795 passagers ont fréquente le tarmac de Vilobí d’Onyar en janvier dernier, contre 281.056 en janvier 2010. Cette dégringolade, qui concerne près de 100.000 voyageurs, c’est à dire près d’un tiers du trafic, fait perdre à Girona sa place dans le Top 10 des aéroports espagnols, après avoir trusté la 7ème place, ces dernières années.

Mais au delà de la simple explication reposant sur la stratégie de Ryanair, l’aéroport de Girona a perdu 34,7% de ses mouvements, toutes compagnies aériennes confondues, au même moment où la moyenne des aéroports espagnols comportait une progression de 2%, sur la même période inter-annuelle. Tout n’est cependant pas catastrophique, au regard de la hausse du trafic de marchandises, qui a effectué un bon gigantesque de 1781%, qui illustre toutefois un volume global de seulement 14,17 tonnes. Le secteur du transport de marchandises manifeste une recrudescence constante à Girona, en grande partie grâce au Centre d’Inspection Frontalière qui s’y trouve installé depuis 2010.

Au niveau stratégique général, le nouveau gouvernement de Catalogne a exprimé le souhait, cette semaine, d’assumer la compétence de gestion du grand aéroport du territoire, celui de Barcelone-El Prat, mais également de celui de Girona, pour maîtriser la « projection » de l’économie catalane. Ce transfert de responsabilités s’effectuerait en remplacement d’Aena, sur le modèle de l’aéroport de Lleida-Alguaire, lancé à 100% par le gouvernement catalan, il y a tout juste un an. A ce sujet, ce mardi, le groupe de députés du parti Gauche Républicaine de Catalogne au Congrès espagnol, pour l’occasion soutenu par Convergence et Union, la coalition centriste du président catalan Artur Mas, a obtenu pour la Catalogne une « participation déterminante » dans la gestion de l’aéroport del Prat, jusqu’à présent dirigé depuis Madrid.

Partager