Langue

La future réduction des distances induite par le TGV Perpignan-Barcelone à compter du mois d’avril n’a pas échappé à la direction de l’aéroport de Barcelone-El Prat. Le 20 janvier, dans une intervention sur les nouvelles stratégies développées par le premier espace aéroportuaire de Catalogne, sa directrice, Sonia Corrochano, a annoncé la couleur : les voyageurs français doivent « venir à Barcelone au lieu de rejoindre Paris ou d’autres aéroports français ». Fondant son affirmation sur l’ajout de 37 nouvelles destinations à El Prat, qui deviendra prochainement le premier aéroport espagnol en termes de destinations et de cadences, la jeune directrice prévoit fermement d’agir dans le domaine international de proximité, en attirant une clientèle descendue par TGV, notamment depuis les Pyrénées-Orientales.

Un groupe de travail étudie des stratégies vers Perpignan

La « chance » fournie par le TGV est illustrée par la suppression prochaine de l’arrêt contraint à Figueres, selon Mme Corrochano, qui a chargé le Comité des Destinations de son aéroport d’étudier la bonne méthode pour intéresser les habitants du Sud de la France, parmi lesquels ceux des Pyrénées-Orientales affectionnent souvent l’aéroport de Girona. Un apport de clientèle française offrirait une progression supplémentaire au mastodonte barcelonais, fréquenté par 35,1 millions de voyageurs en 2012, record absolu depuis le début de son exploitation commerciale, en 1927.