Langue

L’aéroport de Barcelone a battu son propre record en août, avec 4,4 millions de passagers, soit 3,7% de plus qu’en août 2014. L’ingrédient essentiel de cette hausse est le succès des vols intercontinentaux, complétés ces dernières années par les destinations Boston, Dubaï ou encore Pékin. En attendant le résultat de négociations entamées avec Japan Airlines, en 2016, les villes américaines de Los Angeles, San Francisco, New York, Miami et Orlando seront ralliées, selon une annonce formulée en janvier dernier par l’opérateur Norwegian. Mais ces nouvelles destinations seront complétées par d’autres. L’opérateur Vueling a fait savoir, le 21 septembre, son intention de développer une offre vers Eindhoven et Maastricht (Pays-Bas), Leeds, Liverpool et Newcastle (Angleterre), Riga (Lettonie) et Vilnius (Lituanie), à compter de l’été 2016.

Vueling veut s’installer durablement en France

L’insolente compagnie aérienne Vueling proposera cet hiver 112 destinations au départ de Barcelone-El Prat, puis 150 l’été prochain. Son directeur général, Àlez Cruz, s’engage a transformer Barcelone en premier aéroport européen en termes de connectivité européenne, en multipliant les vols de moins de 4.500 km. Pour l’heure, Vueling s’installe en France, où il travaillait jusqu’à présent sans dépendances physiques. En mai prochain, sa base sera inaugurée sur l’aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle pour desservir Copenhague, Prague, Venise, Vienne, Naples et Tanger, cette dernière au départ d’Orly. Avec cette évolution, la compagnie catalane deviendra le deuxième opérateur low cost présent en région parisienne, après l’incontournable Ryanair. Ailleurs en France, 12 aéroports sont visés par une même installation en dur, afin de proposer un ensemble de 60 destinations.