Langue

La boisson chocolatée Cacaolat, connue de toutes les familles et de tous les cafetiers sud-catalans, part à la conquête des marchés internationaux, 80 ans après sa naissance. Fondé en 1933 à Cardedeu, 160 km au Sud de Perpignan, ce premier fabricant au monde de chocolat au lait industriel conservant un goût artisanal n’a jamais modifié sa recette. Racheté en 2011 par les sociétés barcelonaises Damm et Cobega, la première productrice de bière, la seconde de Coca-Cola, Cacaolat a communiqué le 30 octobre 2013 un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros pour 2012, un résultat inespéré, qu’il n’atteignait plus depuis 2002. Une même somme investie dans une nouvelle usine lancée en juillet dernier à Santa Coloma de Gramenet, dans la région de la capitale catalane, doit permettre un chiffre de 45 millions en 2014. Les premier marchés étrangers pénétrés, la Suède Chypre et Malte, précèdent les grands pays européens, tandis que la boisson fétiche des enfants sud-catalans, présente dans 95,7% des établissements hôteliers et de restauration du territoire, renforce ses positions en Andalousie, en Galice, aux Îles Baléares, dans la région de Valence et en Aragon. Les 200 salariés de Cacaolat profitent d’une technologie avancée, améliorant les processus de production sans altérer la saveur d’un produit tiré d’une recette expérimentée en Hongrie par l’entrepreneur Marc Viader Bas, décédé en 1954.

Le grand frère du français Cacolac

Bien que sans aucun lien filial connu, Cacaolat a pour cousine française la marque Cacolac, dont le nom en trois syllabes et les couleurs, jaune et marron, rappellent étrangement le précurseur. Cette autre fabricant apparu en 1954 à Bordeaux ne distribue ses produits qu’en France, où sa fonction identitaire est moindre. Cacolac, disponible dans 70 % des cafés, hôtels et restaurants français, a été racheté en 2011 par le fond d’investissement français Trixaim Investissements, qui programme sa relance.

Partager