Langue

Les 16 mois qui nous séparent de l’ouverture du tronçon de la Ligne à Grande Vitesse entre Perpignan et Barcelone imposent un respect rigoureux du calendrier des travaux, démontré le 6 juillet par la fin du creusement du dernier tunnel de Girona. Dans l’attente de la validation, imminente, du projet de gare provisoire de cette dernière ville, intermédiaire entre la capitale du Roussillon et celle de la Catalogne, une série d’informations rassurantes a été délivrée ce vendredi. Adif, le prestataire public chargé de ce grand chantier, a en effet posé les rails et le balast sur 24 des 31 kilomètres, soit 77%, de la portion Figueres-Girona. Depuis le mois de juillet, des essais techniques en conditions réelles sont effectués sur ce maillon voué à joindre les deux villes. Les caténaires, entièrement fonctionnels sur 15 km, doivent faire l’objet d’une installation à rythme soutenu.

L’articulation des travaux, qui débute par la pose du balast, puis des traverses de chemin de fer, des rails, et enfin de l’alimentation électrique, s’effectue du Nord vers le Sud, mais ne concerne pas les tunnels. Ces derniers bénéficient d’un aménagement sur mesure, notamment dans le sous-sol de Girona, ou une chape de béton doit être coulée, afin de surélever le passage des rails. Le ligne Perpignan-Barcelone, qui sera lancée en décembre 2012, doit permettre de relier les deux villes à une vitesse variable, de 300 à 350 km/h, mais certains tronçons comporteront une allure plus modérée. En temps, la jonction entre les deux villes sera possible en une cinquantaine de minutes.

Partager