Langue

La mésentente entre la compagnie à bas prix Ryanair et l’aéroport de Girona est en passe de se résorber, suite à l’annonce d’un important geste financier concédé ce lundi. Le gouvernement catalan, soucieux d’endiguer une chute de fréquentation consécutive au retrait de 18 destinations, annoncé en février, a décidé de se raviser, en acceptant l’idée de verser jusqu’à 11,5 millions d’euros. Cette aide, qui comprendrait 7,5 millions d’euros d’aides directes apportées au transporteur, s’accompagnerait d’une enveloppe de 4 millions attribuée au titre de compensations de taxes aéroportuaires. En 2010, le casseur de prix britannique a mené un véritable chantage envers les autorités catalanes en se retirant partiellement, de Girona, ce qu’il a fini par faire, faute d’obtenir une subvention envisagée par l’ancien gouvernement socialiste. S’il accepte la nouvelle proposition, il devra cependant attirer 2 millions de voyageurs supplémentaires, car le volume de l’aéroport de Girona, de près de 5 millions de passagers en 2010, devrait se réduire à 3 millions cette année. Ryanair, à la fois responsable des succès fulgurant de cette plateforme, tout comme de ses derniers reculs, se voit ainsi dresser un pont, non pas d’or, mais au moins d’argent, de la part du gouvernement catalan, dirigé depuis janvier par le parti centriste Convergence et Union.

Porteur d’un dossier nourri, désormais entre les mains de la direction de Ryanair, le délégué à la Mobilité de la Generalitat de Catalogne, Ricard Font, déclarait ce lundi sa volonté de voir son interlocuteur démontrer son « enracinement » sur le territoire. Pour ce faire, dans un souci de pérennisation, elle propose notamment d’offrir à la compagnie un terrain attenant à la zone aéroportuaire, où elle sera libre de construire un hôtel. Cette possibilité s’inscrit dans un plan, qui courrait jusqu’en 2016, et contient également un projet de création d’une école d’hôtesses et de stewards. En cas d’approbation par la partie irlandaise, la Députation et la mairie de Girona, désireuses de nouer des partenariats stratégiques, devraient annoncer à leur tour leur mode de participation.

Partager