Langue

En mars 2007, le chanteur Lluís Llach choisissait Verges, son village natal, situé entre Figueres et Girona, pour faire ses adieux à la scène, 40 ans après avoir donné son premier concert. L’artiste, respectueux de son public et ne souhaitant pas tomber dans une sorte de facilité, a préféré raccrocher. En décembre 2009, l’auteur et interprète de l’Estaca s’autorisait un bref retour sur la scène du Teatre Nacional de Catalunya, à Barcelone, pour y interpréter la musique de la création théâtrale « Llits », de l’auteur Lluís Danés. Comme pour se justifier, Llach expliquait alors qu’il s’agissait avant tout de mener à bien un projet imaginé avant ses adieux. Très impliqué dans sa fondation, Lluís Llach passe désormais beaucoup de temps au Sénégal. Ses projets de développement social, économique, culturel et éducatif se concentrent dans la région du Sine-Saloum, plus particulièrement dans la commune de Palmarin Facao.

Au delà de son action humanitaire, le chanteur de la région de l’Empordà trouve le temps de promouvoir la chanson et la poésie catalanes, en parrainant le Prix Miquel Martí i Pol, qui récompense depuis trois ans la meilleure adaptation musicale d’une poésie catalane. Observateur privilégié de la nouvelle scène, il regrette le manque d’aides publiques et la rareté des salles disponibles pour les jeunes talents, tout en saluant le rôle d’Internet et les relations “sensuelles” avec le public. Depuis son retrait, il semble donc que reviennent progressivement l’envie de renouer le contact avec un public qu’il trouve à manquer. D’ailleurs, jeudi dernier, Lluís Llach déclarait qu’un acte de revendication sociale ou politique rendrait son retour légitime, par souci de cohérence avec son choix de 2007.

Sa chanson « La gallineta », sortie en 1972
, et tout un répertoire inscrits dans le patrimoine des oppositions artistiques au général Franco, pourraient être ainsi prolongées de nouvelles créations. Dans un style sibyllin, son site Internet indique d’ailleurs depuis plusieurs semaines la formule « Si tout va bien, nous irons plus loin ».

Partager