Langue

A l’identique de la finale du Top 14 de 2009, qui comportait une même affiche USAP-ASM Clermont-Auvergne, la finale du 29 mai à 20h45 au Stade de France entraîne une émulation que les guichets du stade Aimé Giral de Perpignan auront du mal à canaliser. Car l’USAP dispose seulement d’un quota de 10.000 billets, dont la vente, qui débute ce mardi, est réservée aux abonnés et membres de l’association des Amics de l’USAP, selon des horaires très serrés. Les tribunes seront servies dès ce mercredi, tandis que s’accentue le marché noir, déjà présent à la veille de la demi finale USAP-Stade Toulousain. Le plus célèbre des sites d’enchères propose ainsi, ce mardi matin, des lots de places aux tarifs variant de 50 à 115 euros l’unité. Si un quota de places supplémentaire alloué à l’afición usapiste est possible, sur l’exemple des 500 places rajoutées en 2009 aux 10.000 billets initialement prévus, des interrogations subsistent sur le lieu de la finale, invariablement délocalisé au Stade de France, prévu pour 80.000 spectateurs, et sur le volant de billets, ressenti comme maigrichon à Perpignan. Une nouvelle fois, l’USAP reste une exception dans le rugby français, par son budget encore modeste, de 15 millions d’euros en 2009-2010, et la toute première capacité de mobilisation de l’hexagone.

Nouveau commentaire