Langue

L’USAP est déjà un grand, en s’imposant dans la douleur lors de sa demi-finale contre le monument « Stade toulousain », cette équipe qui a démontré une fois de plus qu’elle ne lâchait rien. Mal engagée par un essai toulousain à la 8ème minute, l’USAP ne s’est pas découragée autour de son paquet d’avants, redoutable notamment en mêlée, qui a lentement mais sûrement rattrapé son retard par le pied quasi impeccable de Jérôme Porical. A la pause, l’USAP n’était menée que de 4 points, avant de prendre le dessus sur une équipe occitane étouffée par l’âpreté du combat, de plus en plus prise à la faute malgré l’entrée de nombreux joueurs frais. Les 13 fautes côté toulousain, contre 6 côté catalan, auront fortement pesé dans la balance, et démontrent clairement la prédominance des 8 avants catalans sur leurs homologues du Languedoc. C’est d’ailleurs dans le combat qu’une équipe de rugby se construit une âme, et après le titre, l’année dernière, les sang et or ont démontré qu’ils ne l’avaient pas perdu. Ils défendront donc le planxot le samedi 29 mai au Stade de France de Paris, pour leur deuxième titre consécutif, et, comme écrit dans les tribunes du Stade de la Mosson de Montpellier, « Per la glòria catalana ».

Partager

Icona de pantalla completa