Langue

Le TGV Perpignan-Barcelone n’est pas un train à grande vitesse à proprement parler, car il circule tout au plus à 200 km/h. En octobre 2014, sa vitesse maximale a été réduite discrètement, pour pouvoir faire circuler des trains de marchandises en toute commodité. La société publique espagnole ADIF, chargée de la construction et de la maintenance du réseau à grande vitesse espagnol, délivre cette information à la radio Cadena SER, à Barcelone. A l’automne, la vitesse des TGV et AVE a été plafonnée pour rentabiliser cette ligne mixte, la seule du genre en Espagne. Le déficit financier de sa portion internationale Perpignan-Figueres a fortement justifié cette modification majeure. En février 2014, nous rendions compte de la mobilisation de « fonds vautour » pour renflouer ce tronçon, qui comporte le tunnel du Perthus.

Un abus tarifaire depuis trois mois

La SNCF et son homologue espagnole, la Renfe, n’offrant plus exactement le service promis, un abus tarifaire se fait jour, sans responsabilité de la première. La Ligne à Grande Vitesse Perpignan-Barcelone, qui a reçu des pointes de vitesse à 301 km/h à son lancement, le 15 décembre 2013, fonctionne ainsi en sous-régime pour une période transitoire, selon ADIF. L’imbrication horaire des trains de voyageurs et de marchandises est à l’étude, mais la planification originelle comporte de fortes imperfections.