Langue

Le nouveau scandale de dopage qui entache le monde du cyclisme, révélé cette semaine autour de la personnalité de l’Américain Floyd Landis, pourrait comporter un important volet catalan. Le vainqueur du Tour de France 2006, destitué en raison pour un contrôle positif à la testostérone, affirme en effet s’être dopé tout au long de sa carrière. Mais il indique aussi l’importance majeure qu’aurait eue l’appartement de son ancien ami Lance Armstrong, situé rue de la Força à Girona, épicentre de séances de dopage lors desquelles ce dernier, sept fois champion du Tour, l’aurait largement conseillé. Ce jeudi après-midi, Armstrong a balayé les affirmations de Landis et affirmé que celui-ci a « perdu sa crédibilité depuis longtemps », avant de se déclarer « pas du tout surpris » par les révélations de son ancien ami. Le repenti, dont le témoignage est publié sur le site espn.com, révèle avoir voyagé à Girona en 2003 après s’être cassé une côte, pour s’y voir retirer un litre de sang en trois semaines, réinjecté plus tard lors du Tour de France. Le coureur certifie que cette extraction a été réalisée dans l’appartement de son équipier Armstrong, où le multi-champion conservait son propre sang dans une chambre frigorifique spécialement prévue à cet effet.

Partager

Icona de pantalla completa