Langue

L’USAP, dont le budget pour l’actuelle saison 2012-2013 avoisine modestement 14,47 millions d’euros, selon les prévisions établies en août 2012, affronte l’arrivée du printemps dans la difficulté. Connu dans les cercles intimes depuis plusieurs mois, l’état des finances du club a fini par être révélé le 22 mars par son président, Daniel Besson. Ce dernier a communiqué à l’Agence France Presse la prévision, pour la fin de saison, d’un déficit de 200.000 à 500.000 euros. Les raisons de cette mauvaise passe sont expliquées, par le successeur de Paul Goze depuis novembre, par les effets de la dernière saison, aux mauvais résultats, ayant pour conséquence une baisse de fréquentation du Stade Aimé Giral de Perpignan.

Une situation comparable, à Paris et Toulouse

Pour résoudre cette situation qu’il avoue « tendue », M. Besson prévoit de prendre des « mesures » et « couvrir » le manque, en sollicitant la vingtaine d’actionnaires. En réalité, l’USAP, sixième équipe du top 14, n’est pas isolée dans ses difficultés, car 10 autres clubs du championnat sont soumis aux mêmes écueils. Parmi eux figurent le Stade Français et ses 6 millions d’euros de perte, le Biarritz Olympique, à 2 millions, ou encore le Stade Toulousain, à 1 million. Selon un classement des budgets prévisionnels, le XV catalan est le 11e de France en terme de masse financière, tandis que le Montpellier Hérault Rugby devrait profiter de 17,51 millions d’euros, encore loin derrière du Stade Toulousain, à 34,97 millions.

Partager