Langue

Trop c’est trop, la tension est devenue bien trop vive dans les couloirs de la direction du Football Club Barcelone. La méthode de management est régulièrement écornée par les commentateurs et la défaite contre la Real Sociedad, dimanche 4 janvier, fait déborder le vase. Ce mercredi 7 janvier, en conférence de presse, le président Josep Maria Bartomeu a abordé la question d’un renouvellement, ou d’une motion de confiance. Il convoquera des élections en fin de saison, pour « abaisser la tension que vit le club ». En poste depuis un an suite à la démission express de Sandro Rosell, le président contesté sera naturellement candidat à sa propre succession. Il avoue avoir hésité à démissionner, demande un esprit de « responsabilité de de fair play » à ses futurs concurrents, pour ne pas ébranler la Maison Barça. La direction actuelle du club reste au commandes jusqu’en juin, avec l’urgence du remplacement du directeur sportif Andoni Zubizarreta, limogé lundi 5 janvier, tandis que son adjoint Carles Puyol quittait lui-même son poste. La crise gronde au Barça, qui accumule les résultats médiocres et doit affronter son interdiction de recrutement en 2015, par la FIFA, car le club a fait appel à des joueurs mineurs. Selon Zubizarreta, Bertomeu porterait une responsabilité dans cette sanction.

Benedito et Laporta, candidats certains

Les élections à venir, dans le courant de l’été, se préfigurent avec Agustí Benedito, dirigeant d’entreprise dans le secteur automobile, déjà candidat en 2010. L’échéance est pour lui une « bonne nouvelle » et il reconnaît : « s’il se présente, Joan Laporta est le rival à battre ». Le brillant Laporta, président du Barça de 2003 à 2006, annonçait en effet, dès 2013, son intention de briguer un nouveau mandat, mais en fonction du calendrier régulier, c’est-à-dire en 2016.

Partager

Icona de pantalla completa