Langue

Les élections de ce dimanche 27 septembre en Catalogne mobilisent 550 envoyés spéciaux étrangers délégués par 180 médias, dont certains disposent d’une influence importante. Dans un article dominical, The Guardian souligne «Les Catalans votent ce dimanche lors d’élections cruciales, qui représentent de facto un référendum d’indépendance qui peut faire entrer l’Espagne et l’Union européenne en territoire inconnu». De son côté, la BBC définit le scrutin comme un «tournant», tandis que Le Monde évoque un «coup de force» des indépendantistes. Le journal du soir rappelle que les candidats de la liste Junts pel Sí (ensemble pour le oui) se sont «engagés» à «faire l’indépendance» s’ils obtiennent la majorité des sièges au Parlement de Catalogne. Pour sa part, la chaîne France 24 décrit Artur Mas, président catalan, comme un «improbable leader indépendantiste», en estimant qu’il est passé du statut de technocrate à celui de meneur de jeu.

«Souveraineté nationale» et «élection compliquée»

Les élections de ce « 27S » sont les «plus importantes de l’Histoire récente de l’Espagne», avance l’Agence France Presse (AFP). Le média panarabe Al Jazeera insiste sur la question statutaire : «pour de nombreux Catalans, cette élection signifie davantage que renouveler l’exécutif régional, il s’agit de souveraineté nationale». La station Radio Canada observe que le mouvement souverainiste catalan a évolué d’un espace politique «marginal» vers une «idée de masse». Plus original, le Washington Post juge que les péages, maintenus sur les autoroutes de Catalogne à l’inverse d’une grande partie de l’Espagne, participent au processus vers l’indépendance. Ce média évoquent un «ressentiment» économique envers le gouvernement central, établi à Madrid. Le New York Times voit une «élection compliquée» après laquelle Madrid emploiera «toutes les méthodes légales pour éviter l’indépendance de la Catalogne».

Partager

Icona de pantalla completa