Langue

Le Conseil d’administration du Football Club Barcelone, réuni en session extraordinaire ce 20 janvier, renonce à la construction d’une nouvelle enceinte remplaçant le Camp Nou, le stade mythique inauguré en 1957. Doté de la plus forte capacité d’accueil européenne et sixième du monde, correspondant à 99.354 spectateurs, l’antre du Barça faisait l’objet d’un projet de remplacement consistant à lui bâtir un successeur, dans le quartier universitaire de l’avenue Diagonal. La direction du club a préféré une profonde et ambitieuse refonte de 80% du site actuel, qui évitera la solution radicale, chiffrée à 1,2 milliard d’euros. Le projet retenu, intitulé « Stade nouveau dans la structure actuelle », a été ratifié par la « junta » de direction du Barça, dirigée par le président Sandro Rosell, emporté par la raison financière. Depuis plusieurs mois, cette question a parfois rejoint le débat de société, compte tenu de la haute valeur accordée au football en Catalogne du Sud. Fervent défenseur, dans un premier temps, d’un nouveau stade adossé à l’actuel, M. Rosell a changé d’avis, tandis que la mairie de Barcelone appuyait la formule, également envisagée avenue Diagonal. En arrière-plan, ces deux choix de déménagement s’opposaient aux vues du président jusqu’en 2010, Joan Laporta, qui souhaitait confier à l’architecte anglais Norman Foster un lifting du stade actuel, sur un budget de 250 millions d’euros. Après des tergiversations, le Football Club Barcelone a choisi cette première suggestion, mais la somme à investir sera de 600 millions d’euros, pour une jauge finale de 105.000 personnes.

Partager

Icona de pantalla completa