Langue

Ce dimanche 11 octobre, une rencontre des «Petites Elna» était organisée à la Maternité Suisse d’Elne. Tous les deux ans, cette journée de mémoire réunit les petites filles prénommées «Elna» en hommage au lieu qui les accueille. La Maternité Suisse d’Elne, créée par l’infirmière engagée Élisabeth Eidenbenz, disparue en 2011, a vu naître 595 enfants lors de la Seconde Guerre mondiale. Les mamans, républicaines espagnoles et juives, y ont trouvé de dignes conditions d’accueil lors d’une période trouble. 70 ans plus tard, le prénom «Elna» se développe en Catalogne du Sud en hommage à cette démarche valeureuse. Cette année, 100 filles âgées de quelques mois à 17 ans, accompagnées de leurs parents, composaient une belle foule familiale de 700 personnes, venues de Barcelone, Girona ou Tarragona. Les jardins de la Maternité ont occasionné une fête empreinte de mémoire, ponctuée par des jeux et un atelier de selfies.

«La méditerranée est la nouvelle frontière»

Dans son allocution, le Maire d’Elne, Yves Barniol, a souligné le lien entre passé et avenir : «mesdemoiselles, vous êtes des ambassadrices de notre ville, dans la région où vous vivez». L’élu a rappelé l’intérêt pour la commune de s’assurer un rayonnement en Catalogne du Sud grâce à cette célébration, avant de relier l’histoire des lieux à l’actualité des migrants : «à l’époque de la guerre, la frontière était signalée par le col du Perthus, Cerbère et Prats-de-Mollo. Aujourd’hui, la Méditerranée est la nouvelle frontière. Nous devons avoir une pensée pour les personnes qui fuient des pays et des situations difficiles».