Langue

Le dispositif «Voisins vigilants» séduit actuellement près de 50 communes des Pyrénées-Orientales, où un besoin de sécurité collective a été identifié par les mairies. Ce programme constituant une attitude envers la rue ou le quartier de chacun découle d’une circulaire émise en 2011 par le ministère de l’Intérieur, concernant un «dispositif de participation citoyenne». Jugé intrusif ou délateur par ses détracteurs, il repose sur la restauration de mécanismes de solidarité qui fonctionnent encore dans certains villages du Pays Catalan, mais ont disparu dans les villes moyennes à la faveur de l’évolution démographique. Le 25 juin, la commune du Soler organisait une rencontre citoyenne sur ce dispositif, en présence de la conseillère municipale Gilberte Claudel, déléguée au programme Voisins Vigilants. Comme ailleurs, la police municipale a présenté le dispositif, à l’approche des vacances. Le Soler, également engagé dans l’opération Prévention/Sécurité Vacances, invite ses habitants à signaler leurs absences sur Internet.

Sous convention avec la préfecture et la gendarmerie

Les Voisins vigilants sont distribués sur 35 «communautés» à Perpignan, sur l’intégralité de Banyuls dels Aspres et parfois sur des quartiers ciblés. Sur mes hauteurs de Port-Vendres, celui du Pont de l’Amour est concerné. Le dispositif est aussi en place à Rivesaltes et à Tresserre. Après les premières communes engagées dès 2013, comme Bompas, Pollestres, Saint Jean Pla de Corts et Saint-Hippolyte, les communes de Llupia et du Boulou ont suivi le mouvement. Dans chaque cas, une convention est signée la préfecture des Pyrénées-Orientales et la gendarmerie.

Partager

Icona de pantalla completa