Langue

Le choc des cultures syndicales, entre la France et l’Espagne, pointe son nez à l’Hôpital européen de Puigcerdà, qui reçoit ce lundi la visite de la ministre française de la Santé, Roselyne Bachelot, et de son homologue espagnole, Trinidad Jiménez García-Herrera. Ce vendredi, la CGT des Pyrénées-Orientales s’est inquiétée du statut des personnels français de l’établissement, qui fonctionnera à partir de 2012. Le syndicat constate que le ministère français de la Santé n’a pas étudié cette question, « contrairement au ministère de Santé publique » catalan, et craint déjà les « conditions de travail » au sein du futur Hôpital, installé en territoire espagnol. Cette prise de position rappelle la question du chantier du tunnel du TGV sous le massif des Albères, qui, en 2009, avait ému la CGT, inquiète que les ouvriers français n’obéissent à la législation espagnole, plus européenne, notamment en matière de temps de travail. En ce sens, Puigcerdà pourrait cristalliser les difficultés de l’économie européenne de proximité, qui impose une mise en commun de pratiques différentes. La CGT recommande d’autre part la « synergie » du nouvel Hôpital de Puigcerdà et des « établissements de santé » de la Cerdagne sous administration française, et de la région mitoyenne du Capcir.

Partager

Icona de pantalla completa