Langue

Le second centre pénitentiaire du Pays Catalan, sérieusement engagé selon une information ministérielle divulguée en novembre dernier, est sur les rails. L’Etat, soucieux de résorber la surpopulation de la prison de Perpignan, envisage un nouveau site sur le territoire communal de Rivesaltes. Ce futur centre pénitentiaire, dont la construction est confiée à l’Agence pu­blique pour l’immobilier de la jus­tice (APIJ), comportera 500 places. Implanté dans le secteur du Mas de la Garrigue, à proximité du péage Perpignan Nord de l’autoroute A9, il fait l’objet d’une étude confiée à Frédérique Bour, directrice de programme de l’APIJ, en concertation avec le maire de Rivesaltes, André Bascou, et les services de l’Etat, au travers de l’Administration pénitentiaire, la Direction Départementale des Territoires et de la Mer liée à la préfecture des Pyrénées-Orientales, et la Direction de l’Immobilier de l’Etat.

200 emplois directs

Cette construction sera effectuée sur des terrains appartenant à la Métropole Perpignan Méditerranée et à la mairie de Rivesaltes. Ces deux institutions, associés à l’Etat, sont les partenaires de cette opération attendue pour 2022. Cette prison rivesaltaise doit permettre de créer 200 emplois en matière de personnel pénitentiaire, auxquels ils convient d’ajouter des services annexes.

Partager

Icona de pantalla completa