Langue

Après une nouvelle manifestation, hier soir à Barcelone, les facultés de Philosophie, de Géographie et d’Histoire de l’Université de la ville ont repris les cours, ce matin, suite à deux jours de paralysie provoquée par les opposants au plan européen dit » processus de Bologne ». L’action se poursuit cependant à l’Université Autonome de Barcelone (UAB), dont les facultés de Droit et de Sciences de l’Éducation restent bloquées. La manifestation d’hier soir a comporté quelques points de tension, notamment lorsque les organisateurs en ont modifié, par surprise, le parcours officiel, alarmant les forces de police du gouvernement catalan. En effet, compte tenu de la présence nourrie d’agents des Mossos d’Esquadra, la mobilisation, qui devait initialement emprunter la rambla pour rejoindre le siège du gouvernement de la Generalitat de Catalogne, a obliqué vers la Plaça de Sants. Entre 5.000 et 20.000 étudiants, selon les sources, ont participé à cette marche sans incidents, en dépit de la crainte de réprimandes de la police catalane semblables à celles de mercredi 18 Mars, qui ont créé une forte polémique. Au plan politique, le président du parti Esquerra Republicana de Catalunya (gauche souverainiste) Joan Puigcercós déclarait ce matin au sujet de cette manifestation : « une minorité ne peut s’imposer ».

Partager