Langue

Une semaine après les actes de tortures portés sur une jeune femme de 23 ans dans la paisible commune de Clara-Villerach, un individu a été incarcéré ce lundi soir à la prison de Perpignan. L’homme s’était présenté spontanément à la gendarmerie de Prades dès samedi soir, au lendemain de la révélation de cette affaire barbare, tandis qu’un complice s’est enfui. Mis en examen pour « »séquestration, violences en réunion et avec arme », ce tortionnaire, membre des milieux marginaux de la région du Conflent, fait l’objet d’une plainte déposée par la victime, enfermée deux jours durant, lundi et mardi derniers, dans un cabanon composé de deux pièces, isolé des zones habitées. Lors de ce séjour forcé, un autre homme, ainsi qu’une femme, écartés de tout ennui judiciaire, ont assisté aux actes sordides imposés à la jeune femme, intimidée par des coups et par des menaces, proférées par l’accusé, armé d’une bouteille de bière ébréchée. La demoiselle, originaire de la ville de Prades, fréquentait le milieu marginal du secteur mais n’en faisait pas partie. Alors que l’enquête, ouverte par la gendarmerie, se poursuit pour localiser le second tortionnaire, cette situation, éloignée des formes de violence observées à Perpignan, interroge sur le milieu rural. Les communautés marginales de la région du Conflent, implantées depuis les années 1970 dans l’esprit du flower power, peuvent évoluer vers des formes inquiétantes faisant intervenir l’alcool.

Partager

Icona de pantalla completa