Langue

La Chine déploie en France une activité d’espionnage de télécommunications par satellite, depuis un centre discrètement implanté dans le département du Val-de-Marne. Cette révélation détaillée par l’hebdomadaire le Nouvel Observateur jeudi 4 décembre vise un bâtiment attenant à l’Ambassade de France, située une rue peu fréquentée de la ville de Chevilly-Larue. Ce site organisé dans le secret consacrerait son activité à la surveillance de données en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. Sur son toit, deux antennes paraboliques fixées en début de décennie capteraient des communications, transmises directement à Pékin par une troisième, toute récente, de 5 mètres de hauteur. Le programme opéré dans ce périmètre chinois, inaccessible à la police française selon les conventions internationales, est opaque par nature, et son administration est aux abonnés absents. Cette dépendance diplomatique aménagée au début des années 1970 puis notablement améliorée au plan technique, est surveillée par la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). Elle est rattachée à l’APL-3, homologue de la NSA américaine, un service lié au président chinois, Xi Jinping.

Localisation du site d’espionnage chinois en France.

.