Langue

Une vingtaine d’organisations de gauche convoquent samedi après-midi à Perpignan un manifestation contre la politique armée israélienne, après la mort de neuf militants humanitaires, lundi. De la Place de Catalogne à la préfecture des Pyrénées-Orientales, où se profile une rencontre avec le préfet Jean-François Delage, le cortège suivra la bannière du « Collectif 66 Paix et Justice en Palestine », qui dénonce une attaque « meurtrière », exige la « levée immédiate du blocus illégal de Gaza », la « fin de l’impunité d’Israël », et « le jugement des crimes de guerre commis par cet Etat ». Formés autour d’Europe Ecologie et Les Verts, le Nouveau Parti Anticapitaliste, l’Union Marocaine des Pyrénées-Orientales, ou encore l’association ATTAC, les initiateurs de cette marche invitent également à appliquer « partout sur le département » des Pyrénées-Orientales la campagne BDS, « Boycott-Désinvestissement-Sanctions », qui vise à contourner les produits israéliens de consommation courante, mais aussi les événements culturels et sportifs. Le « Collectif 66 » exige d’autre part l’annulation du projet d’implantation de la société d’exportation israélienne Carmel – Agrexco sur le port de Sète, fortement soutenue par Georges Frêche, président de la région Languedoc-Roussillon.

Partager