Langue

Après une première bataille en 2018, les taxis de Barcelone reprennent leur combat contre la concurrence exercée par les Voiture de transport avec chauffeur (VTC). Les entreprises Uber et FreeNow, toutes deux basées sur des applis, sont la cible de la nouvelle fronde des professionnels historiques. Le retour d’Uber dans la capitale catalane, en mars dernier, avait déjà occasionné un blocage de la ville, par les taxis. Mais depuis, Uber et FreeNow réclament la libéralisation du marché, c’est-à-dire l’élimination des tarifs régulés. Ce changement serait la “mort du taxi », estime Tito Álvarez, porte-parole de l’association Élite Taxi.

Ce mardi 28 septembre, une opération escargot s’est déroulée de la Gran via vers la Place de Catalogne de Barcelone, jusqu’au siège de l’entreprise FreeNow. Le but visé par les organisateurs n’est pas évident, car 3000 taxis barcelonais travaillent avec FreeNow, avec laquelle ils composent leur “mix” de clients. Tito Álvarez les exhorte à quitter cette appli car ils “alimentent l’ennemi”, qui constitue un “Cheval de Troie bien introduit”.

Action au Parlement européen

Pour faire entendre la voix des taxis conventionnels, Élite Taxi ira plaider au Parlement européen, le 14 octobre, auprès des partis politiques et commissions liées aux transports. Cette action, dossier à l’appui, a pour but de démontrer que Uber, Cabify et FreeNow constituent un “cartel », qui s’accorde sur les tarifs et “se protège avec des algorithmes”.

Lire aussi :
Les taxis du Pays Catalan redoutent Uber

Partager