Langue

L’avenir du Train Jaune, qui relie les régions du Conflent et de la Cerdagne, dans les Pyrénées-Orientales, est suspendu à un plan général de réductions de moyens, que l’Etat n’a pas encore confirmé. En effet, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports (FNAUT) a révélé le 6 janvier la suppression, sous une dizaine d’années, de 20 lignes non rentables, identifiées sur l’ensemble du territoire français. Le syndicat CGT des Cheminots de Villefranche-de-Conflent / Vernet-les bains, inquiet de cette annonce, a réagi ce dimanche 19 janvier, en avertissant de la suppression, prévue « pour cet été », de « quatre liaisons entre Font-Romeu et Latour-de-Carol », entre la partie haute de la ligne et son terminus.

Alors que le maintien du Train Jaune dans la convention d’Etat intitulée « Trains Express Régionaux » (TER) est toujours incertain, le syndicat signale que, depuis 2012, le nombre de kilomètres parcourus par ce moyen de transport sera passé de « 80.000 km à 50.000 km sur la période estivale ». Selon son secrétaire général, Julien Berthélémy, la SNCF « remet en cause l’aménagement et l’équilibre des territoires des hauts cantons » du Pays Catalan, raison pour laquelle il devient nécessaire de maintenir le Train Jaune dans la convention citée, tout en développant un « véritable plan de transport en réponse aux besoins des usagers ». L’argumentaire de la CGT insiste fortement sur l’économie du territoire, de « toute la Cerdagne », du « Capcir » et de la « vallée de la Têt ».

Partager

Icona de pantalla completa