Langue

Vendredi 17 avril aux alentours de 19h, un Train express régional (TER) qui s’apprêtait à entrer en gare de Perpignan n’y est pas parvenu à l’heure prévue. Le conducteur, constatant la présence d’un groupe de jeunes posté à proximité de la voie a stoppé le convoi, en est descendu et a exigé aux présents de quitter les lieux, interdits d’accès. Dans cette situation peu commune, le groupe a obtempéré après avoir jeté une pierre vers l’agent. La police n’a pas pu identifier le groupe et la SNCF, faute d’incident matériellement avéré, n’a pas souhaité déposer plainte.

« Tentative d’attaque » par des « assaillants »

Cet incident est une « Tentative d’attaque », selon un communiqué de Xavier Baudry, conseiller municipal Front National de Perpignan et conseiller communautaire de l’Agglomération Perpignan Méditerranée. Alors qu’un phénomène récurrent de caillassage de bus est observé dans le quartier du Vernet, l’élu impute les faits à une « bande de jeunes visiblement originaires de la Cité Clodion », située dans ce périmètre. La corrélation entre les caillassages et le dernier incident est faite et le FN décrit un grave scénario : « les voyageurs n’ont dû leur salut qu’au sang-froid du conducteur du train, qui a pu maintenir sa rame à distance, et ainsi éviter que les assaillants ne montent à bord ».

Partager

Icona de pantalla completa