Langue

A l’avant-veille d’une nouvelle journée de manifestations, prévue ce samedi 6 novembre à Perpignan, la grève a repris brièvement ce jeudi matin au Lycée Jean Lurçat, bloqué aux aurores par quelques dizaines d’élèves, puis débloqué à 10h. Dès 8h, plusieurs centaines de lycéens étaient présents aux portes de l’établissement, puis la plupart se sont dispersés, tandis qu’une minorité rejoignait la place de Catalogne. Ce point de ralliement a été choisi comme point de départ d’une marche dans la ville, qu’une coordination lycéenne a essayé d’organiser. Cette tentative de reprise du mouvement a été largement discutée et mise en place lors des dernières vacances scolaires, terminées ce mercredi, à travers le réseau social Facebook, dont plusieurs groupes de lycéens perpignanais, ainsi que des élèves agissant à titre individuel, démontrent une excellente maîtrise. Dans l’ensemble de la France, la mobilisation du front critique envers la réforme affiche un affaiblissement certain, consécutif à l’approbation définitive du projet qui repousse de 60 à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite. Ce recul en intensité sera confirmé ou pas ce vendredi, puis samedi. La nouvelle manifestation perpignanaise, convoquée par les organisations syndicales CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF et UNSA, sera précédée ce vendredi d‘une distribution méticuleuse de tracts revendicatifs aux entrées de Perpignan, et aux portes de l’ensemble des super et hypermarchés.

Partager

Icona de pantalla completa