Langue

Ce dimanche est prévue à Banyuls l’inauguration d’un carrefour giratoire dédié à la mémoire du général Marcel Bigeard, selon la volonté exprimée par une courte majorité du conseil municipal, le 26 avril. Une pétition de refus d’une telle dénomination a recueilli 665 signatures, avant d’être remise ce vendredi après-midi au maire UMP, Jean Rède, qui coupera le ruban du sulfureux ouvrage, ce dimanche à 10h30. Les opposants, parmi lesquels figurent l’association Génération Banyuls, ou encore le Front de Gauche, Europe Écologie, la Ligue des Droits de l’Homme, mais pas le Parti Socialiste, reprochent le choix opéré par la municipalité. Car le grand serviteur de l’État qu’a pu être le général Bigeard était aussi un défenseur d’un certain usage de la torture, qu’il convient de replacer dans le contexte de la guerre d’Algérie.

Préalablement à l’événement dominical, attendu dans une ambiance tendue, le « Groupe des citoyens indignés », qui fédère les opposants, s’est exprimé par communiqué, ce vendredi soir. Ce collectif informel, mais nettement marqué à gauche, a appelé au boycott de l’inauguration du « Rond-point de la honte », car « ni les élus du Conseil Général ni le Président de la Communauté de Communes« , élus socialistes ou apparentés, ne seront présents, pas plus que les « représentants de l’état ». Les indignés invitent la « population hostile à ce nom de baptême » à « arborer un ruban blanc, à la boutonnière ou au bras », en signe de désapprobation.

Partager