Langue

La semaine de vacances universitaires qui débute est mise à profit pour organiser une étonnante série de rendez-vous à forte connotation libertaire à l’Université de Perpignan. L’établissement, en grève contre la loi Pécresse instaurant l’autonomie des universités, propose ainsi ce matin un atelier de jonglage, puis ce soir la projection du documentaire anarchiste « Ni vieux ni traîtres » contenant notamment un témoignage de Joëlle Aubron, militante du groupe armé Action Directe. Demain, mardi, une table ronde intitulée « La convergence des luttes dans l’éducation » réunira des enseignants des différents échelons, puis, mercredi, une autre rencontre est convoquée sur le thème de la Décroissance économique. En attendant la reprise de l’activité ordinaire, l’Université de Perpignan semble ainsi répondre de l’intérieur aux projets gouvernementaux par une attitude qui remet en selle les codes politiques de 1968 et des années suivantes. Dans le contexte des réformes, Nicolas Sarkozy a demandé vendredi à Mme Pécresse « d’explorer de nouvelles pistes » concernant les universités françaises. La Ministre de l’Enseignement supérieur déclarait hier que le décret sur la réforme du statut des enseignants-chercheurs français, source de la révolte, « n’est pas caduc ».

Partager