Langue

Signe de temps démographiques nouveaux en Roussillon, un établissement scolaire situé en plaine zone urbaine, dans le quartier vivant de Saint-Gaudérique de Perpignan, fermera ses portes dans un an. Ce jeudi, en accord avec le Conseil Général l’Inspection Académique du territoire, a été décidée, en effet, la mise en sommeil du collège Albert Camus. Comptant actuellement à peine 250 élèves, pour une pleine capacité de 800, cet établissement effectuera dès septembre prochain sa toute dernière année scolaire, avant sa fermeture, l’été 2011. Le collège Camus, attenant du Lycée Jean Lurçat, dont les effectifs, également en baisse, avaient jusque là pour tradition de provenir en bonne partie de leur voisin, est victime du désir de nombreux parents de s’installer à la périphérie de Perpignan, dans une quête de qualité de vie. Selon un quota fixé par l’Education nationale, l’existence d’un établissement d’enseignement secondaire français n’est justifiée qu’à partir d’un seuil d’effectifs égal ou supérieur à 300 élèves. Le collège concerné, passé depuis 2008 sous la barre fatidique, illustre une évolution sociale et un redéploiement des efforts publics, le Conseil Général des Pyrénées-Orientales ayant déjà déplacé ses aides sur d’autres établissements du même degré, en plaine du Roussillon.

Partager

Icona de pantalla completa