Langue

De graves dégâts graves provoqués par des militants anti-système ont illustré les revendications sociales de cette journée de mercredi, à l’occasion de la manifestation organisée à Barcelone dans le cadre de la grève générale espagnole. Les émeutes, qui débuté dans l’après-midi, ont consisté en une destruction massive de mobilier urbain, le sacage de plusieurs commerces, le montage de nombreuses barricades constituées de conteneurs enflammés et l’incendie d’un immeuble, dans le centre historique. Le métro de la Place de Catalogne a dû être fermé face aux dangers potentiels, et une cinquantaine de vélos en location « Bicing » ont été vandalisés. Alors que 400.000 personnes, selon les syndicats, 140.000 selon la police municipale, manifestaient contre la réforme du travail voulue par le gouvernement Zapatero, plusieurs groupes organisés ont déclenché une chaîne de violence inédite. Ces émeutes se sont soldées par un total de 57 blessés légers, dont 28 agents de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, et 33 arrestation. A l’issue de cette journée, les syndicats et les partis Gauche Républicaine de Catalogne, ainsi que les post-communistes Initiative pour la Catalogne-Les Verts, ont exigé à M. Zapatero de « revoir » sa politique.

Partager